Histoire du Mushing et des sports de traîneaux

 

 

anigif anigifanigif

Les premières traces de la domestication de l’ancêtre du chien datent de plus de dix milles ans, chacun animal ou humain a du trouver un avantage a ce rapprochement, chasse, nourriture, sentinelles, …

L’homme a donc recouru a la domesticité pour améliorer sa vie et conquérir de nouveaux territoires. Le choix d’atteler les chiens à la place des rennes, qui servaient déjà comme moyen de locomotion, permettait d’aller plus vite, les rennes devaient paître alors que les chiens se contentaient des restes.

Les plus anciennes traces de l’utilisation de traîneaux à chiens en Asie remontent à environ 4 000 ans. Les tribus nomades du Nord du lac Baïkal en Sibérie centrale utilisaient la traction canine, dans ces contrées où l’hiver y est très long les peuples autochtones ont du trouver un moyens de locomotion sure et rapide pouvant se déplacer aisément aussi bien sur la toundra enneigée que sur la banquise. Mais sont-ils pour autant les « inventeurs » du chien de traîneau ?

Néanmoins on sait que ces chiens ont eu une évolution similaire à celle observée en Amérique du Nord. De chiens de chasse, ils ont ensuite été utilisés pour tirer des canoës et enfin des traîneaux, il y a 1500 ou 2000 ans.

La répartition géographique des chiens des quatre races reconnus par la FCI (Sibérien, Malamute, Samoyède et Esquimau du Groenland) ne représente qu’une faible partie de l’aire d’utilisation originelle des chiens de trait dans le monde et des race de chiens autochtones tel le laika de yakoutie. On ne peut oublier, sans commettre une grossière erreur historique, tous les autres chiens et leurs descendants utilisés par l’homme pour se déplacer et survivre dans un environnement hostile.

Le sport et les chiens

Les débuts

Ce moyen de transport s’est progressivement transformé en divertissement ; et pour rompre la monotonie, les hommes organisèrent des compétitions opposant leurs attelages. C’est donc tout naturellement que sont apparues les premières courses de traîneau à chiens qui ont profilé ce sport à part entière. Le développement du traîneau à chiens s’est cependant toujours effectué dans le respect de ses origines : une grande complicité entre l’homme et ses chiens et un profond respect mutuel.

Les premières références à des compétitions d’attelages de chiens datent du 19ème siècle au Canada. Il s’agissait de courses locales sur lesquels on a peu de renseignements. Pas plus d’informations sur celles organisées en Sibérie avant l’arrivée du communisme.

A Nome (déformation des mots « no where », nulle part, inscrit sur une des premières cartes de la région), un certain Scotty Allan qui allait devenir une figure historique de l’Alaska, leur proposa d’organiser une course au cours de laquelle ils pourraient démontrer les capacités de leurs attelages. Il fut décidé que la course s’appellerait « All Alaska Sweepstakes ». La première eut lieu en avril 1908 sur les 408 miles (653 km) de Nome à Candle et retour.

L’évolution

Petit à petit le sport de traîneau s’est développé dans toutes les régions enneigées du continent nord-américain. Des clubs se sont formés pour l’organisation de compétitions.

En 1932, une course de traîneau était organisée dans le cadre des Jeux Olympique d’Hiver à Lake Placid, Etat de New York (USA). Ce fut une source supplémentaire de promotion pour le sport.

En Europe, les sports de traîneau se sont développés en premier en Scandinavie où la pratique du ski-pulka a pris de l’essor dans les années 30. Le premier club fut fondé en 1936 en Norvège, rapidement suivi par les autres pays scandinaves.

La première course française eut lieu en février 1978, organisée au col de la Schlucht. 17 attelages étaient présents au départ.

 

En 1983, les clubs nationaux français, suisse, allemand, danois, suédois, norvégien, et le TCE fondaient l’European Sled Dog Racing Association (ESDRA), afin de coordonner le développement de nos disciplines en Europe. Le premier Championnat d’Europe fut organisé en 1984 à Sils/St Moritz en Suisse.

Reconnu dès 1984 par le Ministère de la Jeunesse et des Sports (« Agrément ») et le nombre de pratiquants français augmentant régulièrement, le club français se transformait en Fédération (FFPTC) en juin 1985 avec la création des premiers clubs locaux ou régionaux.